prev

SOMMAIRE

prev

XXIV — Miroir vide

Avec moi finira le monde
le monde, lui, est éternel
Penser qu'on ne pensera plus
c'est impensable je crois bien

Si ténue est la différence
entre la mort et le vivant,
si énorme la dissemblance
entre l'être-là et le rien

Y a-t-il un sens à l'Histoire
quand mon histoire à moi s'arrête
quand le vide engloutit le jour
quand le trou noir dévore l'Être

Planche jetée sur un abîme
“Pont de l'épée” où Lancelot,
avance en se blessant les doigts
funambule tenant les deux côtés du Temps

Qui donc jamais saura ce que je fus
moi-même n'en suis pas certain
mélange inattendu de hasards indécis
combinaison unique univoque inédite

Je ne viens pas de rien mais je vais vers le Rien
la béance le vague le vide le néant

Combien de pas encore jusqu'à ce miroir
où l'on ne se voit plus ?

samedi 14 février 2015