prev

SOMMAIRE

prev

XLI — Les jours comme la pluie...

Les jours comme la pluie glissent et me décantent
Le reste le dépôt au fond ce sont les mots
Ces insectes rongeurs cachés au fond des poutres
Et qui la nuit grattaient dans mon sommeil d'enfant

Banalité suprême la disparition
L'effacement l'oubli l'usure l'abandon
Mais si le corps pourtant à l'esprit nécessaire
Avec lui comme amant dans le trou noir du temps

L'entraîne — derrière eux des signes resteront
La poésie défie la force universelle
Qui de tout fait un rien vague banal commun

Elle d'un rien érige un Babel virtuel
Qui de changer toujours sous le regard posé
Parvient à demeurer en étant différent